À propos

Avec la généralisation des technologies numériques, on assiste à une reconfiguration socio-technique des pratiques culturelles, et en particulier de l’écoute musicale. Si l’univers sonore des discophiles était naguère structuré par des dispositifs techniques tels que le vinyl ou la cassette – organisant des séries de médiations où on trouvait pêle-mêle de disquaires, des platines HiFi, des labels, des Hits parade, etc. -, celui des digital natives est peuplé de casques, de lecteurs MP3, de réseaux sociaux, de plateformes de streaming, de loi Hadopi, d’algorithmes de recommandation… Tout change ? Rien ne change ? Des dispositifs socio-techniques différents suscitent-ils des pratiques équivalentes dans le temps ? La façon, dont nous consommons, apprécions, catégorisons, mobilisons la musique dans les interactions de la vie quotidienne s’est-elle radicalement transformée ? C’est à de telles questions que le carnet Musimorphose(s) cherche à répondre, prolongeant les travaux menés dans le cadre du projet ANR éponyme dirigé par Philippe Le Guern sur la musicalisation du quotidien. Car si l’écoute musicale n’a certainement pas diminué avec l’arrivée du numérique et la dématérialisation des contenus – bien au contraire – il est possible que l’expérience musicale et son concept aient changé de nature. Avec la généralisation du numérique, l’ensemble des pratiques culturelles a fait l’objet d’importantes reconfigurations : d’une part, les publics ont accès à une quantité significativement élargie de biens ; d’autre part, le modèle de la gratuité et les pratiques de piratage ont modifié le consentement à payer ; de même, la dématérialisation des contenus tend à transformer la culture du data en une culture du service ; enfin, le caractère pléthorique des répertoires proposés aux publics a rendu nécessaires de nouveaux modes de recommandation, dont l’importance croissante des algorithmes témoigne. Dans le cas de la musique, le passage de la discomorphose à la numérimorphose semble reconfigurer de manière particulièrement saillante les pratiques de consommation, et plus généralement la musicalisation du quotidien. Collectionne-t-on et apprécie-t-on les œuvres dématérialisées comme on s’appropriait les vinyles ? La question de la qualité sonore constitue-t-elle encore un enjeu pour des utilisateurs désormais habitués à l’écoute à partir de fichiers compressés ? L’idée que la musique puisse être un bien payant a-t-il encore un sens pour les nouvelles générations d’auditeurs ?

Dans la ligné des travaux de Jack Goody sur le passage des civilisations orales aux civilisations écrites, ce carnet rend compte du passage de la discomorphose à la numérimorphose. Loin de se réduire à un simple changement technologique, le virage numérique produit et révèle une mutation qui touche aux paradigmes culturels, symboliques, économiques, politiques, anthropologiques constitutifs de notre mode d’être au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur la musicalisation du quotidien en régime numérique