Musimorphose(s) : Appel à communication / Call for presentations

        

Musimorphoses. Sur le devenir de l’écoute musicale en régime numérique.

Colloque international,11-12-13 novembre 2015, Paris, Telecom Paris Tech

Avec la généralisation du numérique, l’ensemble des pratiques culturelles a fait l’objet d’importantes reconfigurations : d’une part, les publics ont accès à une quantité significativement élargie de biens ; d’autre part, le modèle de la gratuité et les pratiques de piratage ont modifié le consentement à payer ; de même, la dématérialisation des contenus tend à transformer la culture du data en une culture du service ; enfin, le caractère pléthorique des répertoires proposés aux publics a rendu nécessaires de nouveaux modes de recommandation, dont l’importance croissante des algorithmes témoigne.

Dans le cas de la musique, le passage de la discomorphose à la numérimorphose semble reconfigurer de manière particulièrement saillante les pratiques de consommation, et plus généralement la musicalisation du quotidien. Collectionne-t-on et apprécie-t-on les œuvres dématérialisées comme on s’appropriait les vinyles ? La question de la qualité sonore constitue-t-elle encore un enjeu pour des utilisateurs désormais habitués à l’écoute à partir de fichiers compressés ? L’idée que la musique puisse être un bien payant a-t-il encore un sens pour les nouvelles générations d’auditeurs ?

Ce colloque, organisé dans le cadre du projet de recherche Musimorphoses financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), a pour objectif principal de décrire les différentes dimensions de la musicalisation du quotidien et de proposer des scénarios prospectifs dessinant le futur de l’écoute musicale. Il ne porte donc pas sur l’activité des musiciens ou sur l’industrie musicale, mais sur la place qu’occupe la musique dans la vie des auditeurs en lien avec le numérique.

Les communications devront s’inscrire dans l’une des six grandes questions du programme :

1/ Ruptures et continuités. Le virage numérique doit-il être envisagé comme une rupture inédite, qui transformerait de manière très significative nos façons de consommer, d’apprécier, de catégoriser et de nous représenter la musique ? Du point de vue de la socio-histoire, comment décrire ce virage numérique et ce qu’il transforme réellement dans la musicalisation du quotidien

2/ La recommandation. Dans un univers marqué par l’abondance de références disponibles et l’hyper-choix, les algorithmes prennent une place croissante dans les mécanismes de la recommandation. Ces algorithmes, de plus en plus sophistiqués, contribuent-ils à l’élargissement du portefeuille des goûts ou sont-ils des dispositifs de formatage des préférences ? Comment cohabitent-ils avec les autres logiques de recommandation ? Redessinent-ils les ontologies et les catégories descriptives de la musique (par exemple la notion de genre) ?

3/ Le prix à payer. Avec l’extension du domaine du piratage et l’utilisation du stream-ripping, les publics tendraient à considérer la musique comme un bien sans coût. S’achemine-t-on vers un modèle ultra dominant de la gratuité ou voit-on émerger de nouvelles offres et services (sur le modèle par exemple de la plateforme Qobuz par exemple) susceptibles de redynamiser le consentement à payer ?

4/ Les technologies de l’écoute. Avec le développement croissant des cloud, du multi-room, des technologies portables, des nouvelles normes d’encodage du son, de l’accès aux métadonnées, l’écoute semble être devenue hyper-mobile, hyper-connectée et hyper-accessible. L’innovation technologique va t-elle induire des expériences inédites d’écoute ? Sur quels fronts les innovations se porteront-elles ?

5/ Ecoute locale, écoute globale. Dans un monde où les technologies numériques réduisent les distances et les frontières – même si l’accès à l’internet est encore inégalement partagé – les goûts et les pratiques semblent à première vue s’homogénéiser. Assiste-t-on pour autant à l’imposition d’un modèle standardisé et globalisé de la consommation musicale ? Ou bien une nouvelle géographie de l’écoute et du goût musical est-elle en train de se dessiner, faîte de subcultures, d’hybridation, etc. rendues possibles ou amplifiées par le numérique ?

6/ La régulation de la consommation musicale. La crise de l’industrie musicale, la généralisation du téléchargement illégal et l’instabilité des business models ont amené certains Etats à adopter des réponses législatives variées et parfois très coercitives mais qui ne semblent pas parvenir à enrayer la crise du marché du disque. La contrainte régulatrice est-elle la seule solution face aux nouveaux modes de consommation et à l’adaptation incessante des consommateurs à l’innovation et aux verrous technologiques ?

Les propositions de communication seront adressées à l’adresse suivante pour le 30 avril 2015 (dernier délai) : musimorphoses@gmail.com

Ces propositions ne dépasseront pas une page. Elles contiendront obligatoirement un intitulé, une brève notice biographique de l’auteur (avec une adresse mail) et feront apparaître une problématique originale et le type de terrain et d’approche méthodologique  sur laquelle la communication s’appuie. Les auteurs des propositions seront informés des résultats du processus de sélection au plus tard le 31 mai 2015.

Responsable du colloque : Philippe Le Guern, Professeur, Université de Nantes / CRAL et EHESS (philippe.leguern@univ-nantes.fr).

Comité d’organisation : Thibault Christophe (Université Toulouse 2-Jean Jaurès), David Delfolie (IDHES / IRASEC), Philippe Le Guern (Université de Nantes / CRAL-EHESS), Emmanuelle Olivier (CNRS / EHESS), Gabriel Segré (Université Paris 10 Nanterre).

Comité scientifique : Eitan Altman (INRIA), Emmanuel Bigand (Université de Bourgogne – IUF), Michael Bull (Université du Sussex), Nicolas Donin (IRCAM), Joël Gilbert (Université du Maine et CNRS), Antoine Hennion (Ecole des Mines), Martin Kaltenecker (Université Paris Diderot), Pascale Kuntz (Université de Nantes), Philippe Le Guern (Université de Nantes), Arnt Maaso (Université d’Oslo), Sophie Maisonneuve (Université Paris Descartes, Sorbonne), Isabelle Marc (Universidad Complutense de Madrid), Morten Michelsen (Université de Copenhague), Abdoulaye Niang (Université Gaston Berger, Sénégal), Nick Prior (Université d’Edinburgh), Peter Szendy (Université Paris 10), Philip Tagg (Université de Leeds / Université de Manchester), Sylvie Octobre (DEPS, Ministère de la Culture), Esteban Buch (CRAL,EHESS).

 

Musimorphoses, On the future of music listening in the digital era

International symposium, 11-12-13 November 2015, Paris, Telecom Paris Tech

With the spread of digital technology, all cultural practice is subject to reconfiguration. On the one hand, audiences can access a significantly higher amount of goods. On the other, the cost-free model and piracy practices have altered people’s willingness to pay. Likewise, the dematerialisation of contents tends to turn the data culture into a service culture. Finally, the abundant nature of repertoires provided to audiences triggered the need for new modes of recommendation mainly reflected by the growing significance of algorithms.

In the case of music, the transition from discomorphosis to digimorphosis seems to reconfigure, in a particularly salient way, the consumption practices and more generally the uses of music in everyday life. Do we collect and enjoy dematerialised works in the same way as we appreciate records? Is the issue of sound quality still relevant for users now in the habit of listening to music from compressed files? Does the fact that music is a payable good still have a meaning for new generations of listeners?

This symposium, being held as part of the ANR research project Musimorphoses, primarily aims to describe the various aspects of the uses of music in everyday life and to put forward prospective scenarios on the future of music listening. It does not focus on musicians’ activities or the music industry but on matters found at the crossroads between music consumption and music experience.

Papers will have to come within the scope of one of the six main questions of the programme:

1/ Ruptures and continuities. Should the digital turn be considered as a rupture at least as equivalent, in terms of the upheavals provoked, to the transition of civilisation from orality to writing? From a socio-historical point of view, how can we describe this digital turn and what is it truly changing in the uses of music in everyday life?

2/ Recommendation. In a world dominated by the abundance of available references and hyper-choice, algorithms are playing an increasingly significant role in mechanisms of recommendation. As they become more powerful, do these algorithms play a part in the broadening of the taste profile or do they act as devices for the formatting of preferences? How do they co-exist with other recommendation approaches?

3/ The price to pay. With the expansion of piracy and the use of stream ripping, audiences tend to see music as a cost-free good or even as a common good. Are we moving towards a free-for-all dominant model? In addition, the crisis of the music industry, the proliferation of illegal downloading and the instability of established business models have led some states to adopt various legislative responses. Is regulatory constraint of the music market the only solution?

4/ Listening technologies. With the development of the cloud, multi-room systems and mobile technologies, the listening field seems to have become hyper-mobile, hyper-connected and transformed with regard to the relation to archive and archiving. Does technological innovation lead to novel and sustainable listening experiences?

5/ Local listening, global listening. In a world where digital technology shortens “distances” and limits borders – despite the uneven nature of internet services across the globe – tastes and practices seem to become more homogenised. Are we seeing a standardised and globalised model of music consumption imposing itself ? Or is a new geography of listening habits and music taste being configured?

6/ The regulation of music consumption. The crisis of the music industry, the proliferation of illegal downloading and the instability of established business models have led some states to adopt various legislative responses. Is regulatory constraint of the music market the only solution?

Paper proposals should be sent to the following mail address by 30 April 2015 (at latest) : musimorphoses@gmail.com

Proposals should be no longer than one page, include a title and the author’s biographical note (with an email address) and outline the following: (1) an original argument; (2) the conceptual and empirical (fieldwork) elements underlying the analysis.

Authors will be informed of the selection procedure results by 31 May 2015 at latest.

Chair of the symposium: Philippe Le Guern, Professor, Université de Nantes / CRAL-EHESS (philippe.leguern@univ-nantes.fr).

Organising committee: Thibault Christophe (Université Toulouse 2-Jean Jaurès), David Delfolie (IDHES / IRASEC), Philippe Le Guern (Université de Nantes / CRAL-EHESS), Emmanuelle Olivier (CNRS / EHESS), Gabriel Segré (Université Paris 10 Nanterre).

Scientific committee: Eitan Altman (INRIA), Emmanuel Bigand (Université de Bourgogne – IUF), Michael Bull (Université du Sussex), Nicolas Donin (IRCAM), Joël Gilbert (Université du Maine et CNRS), Antoine Hennion (Ecole des Mines), Martin Kaltenecker (Université Paris Diderot), Pascale Kuntz (Université de Nantes), Philippe Le Guern (Université de Nantes), Arnt Maaso (Université d’Oslo), Sophie Maisonneuve (Université Paris Descartes, Sorbonne), Isabelle Marc (Universidad Complutense de Madrid), Morten Michelsen (Université de Copenhague), Abdoulaye Niang (Université Gaston Berger, Sénégal), Nick Prior (Université d’Edinburgh), Peter Szendy (Université Paris 10), Philip Tagg (Université de Leeds / Université de Manchester), Sylvie Octobre (DEPS, Ministère de la Culture), Esteban Buch (CRAL,EHESS).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *