Lost in translation !

Untitled-1

 

« Lost in Translation ! Que se passe t-il lorsqu’il ne se passe pas grand chose ?

Récit d’une tentative d’enquête sur la musicalisation du quotidien en Malaise »

 

« ‘Le rapport personnel (de l’anthropologue) avec son objet d’étude est peut-être plus que pour tout autre savant, inévitablement problématique… Toute ethnographie est pour une part de la philosophie, et le reste est pour beaucoup de la confession ». Clifford Geertz, L’interprétation des cultures’, in David Payne, Le phare d’un mode flottant, 10-18, 2001.

 

Introduction :

Le sujet et la matière première – mais pas nécessairement principale – de ce texte tiennent en peu de mots : la proposition qui m’avait été faîte de rejoindre la Faculty of Arts and Social Sciences de la principale université publique de Malaisie comme chercheur invité, de février à juillet 2015, m’est apparue comme une aubaine pour prolonger des travaux que je conduisais en France sur la musicalisation du quotidien en régime numérique. Après avoir mené des enquêtes sur la place qu’occupait la musique dans la vie de jeunes auditeurs, collégiens, lycéens et étudiants en France, je trouvais en effet là matière à voir comment la musique était perçue et vécue, à douze heures de vol de l’hexagone, par des publics du même âge, dans un contexte qui m’était très peu familier, mais que des premières lectures très lacunaires me laissaient envisager comme marqué par une tension forte entre les effets du local et du global, dans une société traversée par l’enjeu récurrent d’une identité nationale problématique et simultanément marquée par une trajectoire économique singulière et une ouverture à la mondialisation. Sans savoir exactement à quoi m’attendre, j’espérais donc obtenir des éléments de comparaison sur la place qu’occupait la musique dans la vie des jeunes publics, qui soulignerait les effets d’homogénéisation d’une bande son générationnelle uniforme ou à l’inverse la singularité des manières d’écouter et de vivre la musique au quotidien, la place occupée par les technologies liées à l’internet dans ces régimes d’écoute, l’incidence des conditions sociales sur le rapport à la musique. Ici se situe la première couche de mon récit : dans une société post-coloniale du sud-est asiatique, insérée dans une économie mondiale, multi-ethnique, simultanément moderne et traditionnelle, politiquement stable au prix d’un verrouillage politique hégémonique et d’une revendication nationaliste omniprésente mais relevant en grande partie d’une construction idéologique et d’une instrumentalisation politique, bref, face à un pays d’une grande complexité, quelle place occupait la musique dans la vie des jeunes publics et pouvait-elle me dire quelque chose de leur propre rapport au social ?

Cependant, si les récits exotiques des anthropologues découvrant des contrées lointaines et apprivoisant leurs peuplades au prix d’un abandon progressif de leur ethnocentrisme constituent le sympathique horizon d’attente du genre, à quoi s’attendre lorsqu’un néophythe, ignorant presque tout d’un pays et des relations sociales qui y ont cours, se lance dans une telle aventure ? C’est là que se situe la seconde couche de mon récit, retour réflexif sur les conditions du travail mis en œuvre, sur ses impasses et ses échecs.

La version publiée d’un article, d’un chapitre ou d’un ouvrage constitue en effet et à peu d’exceptions près la forme finalisée et pour ainsi dire définitive d’un travail d’enquête : mais outre la présentation des résultats obtenus, l’auteur peut prendre le parti d’en exposer les ficelles afin d’indiquer à son lecteur comment il s’y est pris, quels ressorts – relationnels, méthodologiques – il a mobilisé, à quel matériaux il a eu accès, avec quels interlocuteurs il a interagi. Le besoin éprouvé de dévoiler les coulisses du métier peut répondre à multiples exigences : par exemple, lorsque l’enquête implique des formes de négociations pour entrer sur un terrain et s’y maintenir, avec des situations qui – tout comme dans la vie ordinaire – évoluent au fil du temps et des circonstances ; ou encore, lorsque l’enquête implique avec plus ou moins d’intensité le chercheur, le confronte à l’expérience de la perméabilité des affects face à ses interlocuteurs, a fortiori lorsqu’il est conduit à « payer de sa personne »[1], à travailler en milieu hostile ou à éprouver la porosité des frontières entre jugements de faits et jugements de valeur[2]… Dans ces circonstances, le dévoilement des « manières de faire » est devenu une exigence interne à l’ethnographie – une sorte de signature narrative et de gage épistémologique – qui soumet de la sorte à son lecteur non seulement le matériau recueilli mais également l’interprétation qui en est faîte et rend théoriquement ce dernier apte à juger de la valeur du travail réalisé et de la validité des analyses produites. Cette exigence réflexive, qui n’est pas propre à l’ethnographie mais qui jouit en ce domaine particulier d’une attention marquée – tant cette approche peut à bon compte être considéré comme moins rigoureuse ou moins scientifique que celles qui recourent à la raison statistique – a donné lieu à de très nombreux récits où l’ethnographe expose de diverses manières les conditions de l’enquête et son propre rapport au terrain. Toutefois, il faut bien remarquer que cet indispensable travail de dévoilement est souvent incomplet en ce sens qu’il y est rarement question d’échecs définitifs, d’incompréhensions totales, de ratages spectaculaires : en général, tout de passe comme si le récit des difficultés rencontrées devait aboutir à ce que l’auteur retomba « sur ses pattes », triomphant in fine des embûches dressées sur sa route par les vertus conjuguées de la réflexivité et de la maîtrise des « ficelles du métier »[3], que certains agrémenteront d’une bonne dose d’humour[4]. C’est ce que n’avait pas tardé à remarquer un jeune ethnographe revenant enquêter dans son pays natal sur la situation des travailleurs migrants après s’être exilé aux USA et être devenu en partie étranger à sa propre société d’origine : « The messy and nitty-gritty parts of doing an ethnography are often left out of most published academic works and dissertations, which means those detailed experiences of researchers are not easily found. This is partly a consequence of the push for professionalisation and the privileging of the ideal ‘objective’ researcher who is meant to be present themselves as efficient, effective and ultimately productive. Failure, frustrations and no-objective sentiments are not normaly afforded spaces in a professional academic sphere »[5].

En quelque sorte, les échecs ne gagneraient à être exposés que lorsqu’ils sont partiels, temporaires et subsumés dans la dynamique positive de l’enquête et son accomplissement final. Si l’on admet que l’exposé sociologique relève aussi de l’art de la narration et du respect de certaines conventions – un art du story telling et des jeux de langage -, alors quel intérêt y a t-il à faire état d’authentiques ratages, d’enquêtes inabouties, noyées au milieu du gué et donc peu exploitables dès lorsque que le récit d’enquête est supposé relater la capacité du chercheur à dompter – avec plus ou moins de réussite – son terrain, ou du moins à le mettre en ordre ? L’échec, les avanies, certes toujours relatives, peuvent-elles constituer la matière du récit d’enquête ? C’est cette question – le statut de l’approximation, de l’échec et du bidouillage, ce dernier terme étant plus évocateur d’une maîtrise très approximative des choses que celui de bricolage – que je souhaite donc également évoquer dans le texte qui suit : comment raconter les coulisses d’une enquête, la fragilité et les limites des ficelles utilisées, le sentiment d’être loin du compte, le découragement qui saisit celui qui sent qu’il pourrait bien ne pas parvenir à son but ou qu’il n’y comprend goutte ? Si, comme je l’ai indiqué précédemment, tout récit d’enquête s’apparente de fait à une forme de story telling, de mise en forme et en scène de sa propre maîtrise sur les événements relatés, en sorte qu’il m’apparaît illusoire de croire au pouvoir absolu de la rigueur objectiviste qui agirait comme un agent neutralisant, j’ai fait ici le choix de rapporter, de manière quotidienne, la succession des tentatives et des ratages, bref, de la débrouille que j’ai mis en œuvre et qui constitue la seconde couche de cet texte.

C’est donc un texte à double entrée que je propose ici au lecteur, à la fois enquête sur la musicalisation du quotidien dans un environnement social dont je montrerai la complexité mais aussi retour réflexif sur les circonstances et les conditions de cette enquête, sans que l’une et l’autre des dimensions ne soient dissociables, en m’efforçant de ne rien masquer de ce qui fait la matière quotidienne, et parfois triviale, de ce type de travail… Par diffraction, ce texte conduit donc aussi une interrogation sur l’idéal ethnographique – celui d’une enquête de longue durée impliquant un engagement personnel fort du chercheur avec les membres du milieu étudié et induisant de possibles coûts moraux[6] et subjectifs (qui du reste ne sont pas sans rappeler ceux que décrivent certains acteurs de cinéma si habités par leur rôle qu’ils peinent à en sortir une fois le tournage fini) – comme norme, c’est à dire à la fois comme horizon régulateur définissant ce qu’est la « vraie » ou la « bonne » ethnographie mais aussi comme impératif épistémologique et éthique disqualifiant ce qui n’en est pas et imposant consciemment ou pas des codes et des attendus qui n’ont à leur tout aucune raison d’échapper au travail de déconstruction ou de réflexivité qui définit pour partie la démarche sociologique lorsqu’elle jette son regard sur les pratiques sociales ou les discours tenus sur le monde.

[1] Parmi une myriade d’exemples – qui vont de la pratique de la danse(Sorignet) à celle de la boxe (Wacquant) en passant par la domiciliation dans un quartier abritant des trafiquants de drogue (Bourgois), etc. – je citerai un article qui met en jeu la question des relations sexuelles entre enquêteur et enquêté(e)s : Erich Goode, « Sexual Involvement and Social Research in a Fat Civil Rights Organization », Qualitative Sociology, Volume 25, Issue 4, pp. 501-534, 2002 et les réponses qui ont été adressées à cet article polémique, notamment Suzan E. Bell, « Sexualizing Research: Response to Erich Goode », Qualitative Sociology, Volume 25, Issue 4 , pp 535-539, 2002 et Abigail C. Saguy, « Sex, Inequality, and Ethnography: Response to Erich Goode », Qualitative Sociology, Volume 25, Issue 4 , pp 549-556, 2002.

[2] Daniel Bizeul, Avec ceux du FN. Un Sociologue au Front national, Paris, Éditions La Découverte, 2003 et Daniel Bizeul, « Des loyautés incompatibles », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, consulté le 13 mai 2015. URL : http://sociologies.revues.org/226

[3] H.S. Becker, Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, La Découverte, 2002.

[4] Nigel Barley, Un anthropologue en déroute, Payot,1983 (trad. fr. 1992).

[5] Parthiban Muniandy, Politics of the temporary. An ethnography of migrant life in urban Malaysia, SIRD, 2015, p. 7.

[6] Bénédicte Havard-Duclos, « Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, consulté le 12 mai 2015. URL : http://sociologies.revues.org/182


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *