L’équipe ANR « Musimorphoses »

L’équipe Musimorphoses

moutons

Philippe Le Guern est Professeur en Sciences de l’information-communication à l’Université de Nantes, chercheur au Centre Atlantique de Philosophie et au CRAL-EHESS. Ses travaux portent sur la manière dont l’art et la culture enregistrent et révèlent les mutations du monde contemporain, et en particulier la façon dont le sonore – dont la musique est une des dimensions – nous parle du social, thématisant et problématisant des notions telles que le commun, le public et le privé, le temps et l’espace, les nouvelles formes de compagnonnage humains et non humains et le type de relations éthiques, juridiques, etc. que nous entretenons avec les artefacts numériques… Il a ainsi écrit sur l’obsession patrimonialisante et les musiques actuelles, sur la sociologie des musiques populaires comme constitution d’un champ, sur les effets du numérique sur les producteurs et les auditeurs de ces musiques. C’est donc vers une politique du sonore que tendent ses travaux… Responsable de l’ANR Musimorphoses, après avoir dirigé une précédente ANR sur le travail artistique en régime numérique, il s’occupe en particulier des enquêtes sur la musicalisation du quotidien (quantitatives et qualitatives) auprès de collégiens et lycéens dans le département du Maine et Loire. Par ailleurs, il élève dans les coteaux et sur une île de la Loire une race de moutons en voie de disparition (Les Landes de Bretagne) et consacre une partie de son temps à dresser des chiens de berger. Il voue une affection sans limites pour les îles bretonnes (notamment Groix et Ouessant), les plateaux du Cézallier et l’Ecosse. Il débute en mars 2015 une troisième ANR (dirigée par Dominique Pasquier), où il portera l’axe « monde agricole et numérique ».

avatar_sarah-1

Sarah Benhaïm est doctorante au CRAL/EHESS (Paris) en Musique, Histoire, Société. Sa thèse aborde de façon transversale la musique noise, un genre bruitiste et underground encore peu abordé dans le champ scientifique. Elle s’intéresse à la fois aux problématiques musicologiques liées au genre et à son analyse, à son ethnographie parisienne – retraçant la genèse de la scène, les pratiques musicales, les lieux de diffusion et les aspects organisationnels du DIY-, à la circulation locale et internationale des disques, le travail des labels undergrounds et les réseaux d’échange et de distribution, et enfin à sa manière d’être découverte, écoutée et aimée par ses amateurs. Membre de l’ANR Musimorphose, elle a co-organisé avec Maël Guesdon un colloque international autour de la thématique « Musiques nouvelles et mélange des genres », explorant l’impact du numérique et des nouvelles technologies sur la création musicale et ses hybridations de genre depuis les années 2000. Le binôme travaille en parallèle à la réalisation d’un film, à la frontière entre science et art, proposant une approche curieuse et contemplative de la relation des enfants à l’écoute musicale. Secrétaire de rédaction de la revue scientifique Transposition. Musique et sciences sociales, son intérêt pour la musique se traduit également dans une écoute quotidienne passionnée de musiques éclectiques, ainsi que par sa propre pratique musicale au sein du trio expérimental DMZ.

cubomanies-g-luca

Maël Guesdon, ancien allocataire-moniteur du Centre de Recherches sur les Arts et le Langage à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, consacre sa thèse au concept de ritournelle chez Deleuze et Guattari. Il est membre des comités de rédaction des revues Chimères, Transposition et remue.net. Il est par ailleurs coordinateur de la revue La Tête et les cornes (littérature et traduction) et auteur de Voire (Éditions Corti, 2015).

 

photo-e 

Emmanuelle Olivier est ethnomusicologue, chercheur au CNRS (Centre Georges Simmel, CNRS-EHESS). Ses travaux portent sur des pratiques musicales qui manifestent une réalité sociale, des choix esthétiques, des savoirs et des savoir-faire situés localement et historiquement, tout en participant de l’économie globale des biens culturels. Ils montrent que ce nouveau contexte de globalisation permet de créer de nouvelles musiques, de nouveaux métiers, de nouveaux lieux, de nouveaux imaginaires, de nouveaux réseaux, mais réhabilite aussi un temps qui offre des possibilités d’action inédites pour les individus. C’est donc la capacité des individus et des sociétés à mobiliser, à capter des ressources à l’échelle globale pour les reconfigurer et les réinterpréter au niveau local, c’est-à-dire à mettre en réseau le local, qu’interroge E. Olivier. Après avoir piloté le projet ANR « Création musicale, circulations et marchés d’identités en contexte global » (2009-2013), elle questionne l’usage du numérique dans les pays du Sud (Afrique de l’ouest) où le développement et le déploiement des infrastructures, et donc l’accès individuel aux ressources, est inégalement partagé. Loin de réifier l’idée de la « fracture numérique » entre Nord et Sud, son travail permet d’interroger le rapport entre nouveauté technique et innovation dans les usages sociaux de la musique, à partir d’une enquête micro-sociologique dans plusieurs grins (groupes d’amis) de jeunes Bamakois et Djennenkés et dans les cybercafés de la capitale malienne. Emmanuelle Olivier est également organiste, avec une prédilection pour le répertoire baroque français et allemand.

 

photo  

David Delfolie est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Lille, titulaire d’un DEA de science politique (mention relations internationales) et d’un doctorat de sociologie soutenu en 2011 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction d’Yves Déloye. Chercheur associé à l’IDHES et à l’IRASEC, il est chargé d’enseignement à Paris 1 et à l’IEP de Lille. Il est également membre du bureau de rédaction de la revue Dynamiques Internationales. Ancien allocataire de thèse DGA-CNRS et ATER en sociologie (Paris 1), David Delfolie a été ingénieur d’études CNRS contractuel, affecté à une recherche sur le travail diplomatique. Après une thèse de sociologie historique sur les dynamiques de l’islam dans le champ public en Malaisie, David Delfolie a été recruté par Philippe Le Guern, aveugle à tout conformisme, pour un travail d’enquête dans le cadre du projet ANR « Les artistes en régime numérique : production, communautés de réseaux et nouveaux modes de valorisation ». Son entretien d’embauche, dans un couloir de l’ISST de Bourg-La-Reine un jour de mauvais temps, est demeuré un souvenir mémorable : « /…/ Je vous préviens, si vous ne foutez rien, je vous vire. J’en ai marre de la médiocrité et des petites frappes ». David Delfolie n’a pas été viré par Philippe Le Guern. Ce dernier, décidément audacieux, lui a même renouvelé avec bienveillance sa confiance pour le projet ANR Musimorphoses, en l’engageant deux ans comme ingénieur d’études, malgré la maudite découverte qu’il préférait la moiteur équatoriale des latitudes malaisiennes aux landes offertes aux vents marins peuplées de moutons. Parallèlement à des travaux sur l’histoire sociopolitique contemporaine de la Malaisie, David Delfolie, passionné de musique, s’est investi avec joie dans le projet de recherche ANR Musimorphoses. Pour autant qu’il lui en reste le loisir, il s’intéresse toujours aussi à la sociologie de la diplomatie. David Delfolie fume trop selon ses proches, est drogué au Coca-Cola, aime beaucoup de choses et rêve souvent d’une existence contemplative dans l’Etat malaisien du Terengganu où il a certainement vécu sous les traits d’un guerrier malais dans une vie antérieure.

 

elvis  

Gabriel Segré est sociologue, rattaché au LASCO-SOHIAPOL (EA 3932). Maître de conférences HDR à l’Université Paris – Ouest Nanterre La Défense, il y enseigne notamment la socio-anthropologie du contemporain, la sociologie de la culture, la sociologie des médias et les méthodes d’enquêtes en sciences sociales. Il a travaillé sur le phénomène Presley, la célébration dont le chanteur est l’objet et le culte que lui vouent ses fans. Poursuivant son étude des mécanismes sociaux de construction de la postérité, d’élaboration d’une mémoire partagée et de la production de mythes contemporains, il s’est intéressé à d’autres « grands disparus », issus du monde de la musique (Michael Jackson, Dalida, Claude François), du cinéma (Marilyn Monroe, James Dean), de la politique (Che Guevara) ou de l’aristocratie (Diana Spencer). Il a travaillé également sur les formes contemporaines de la construction de la célébrité dans les émissions de téléréalité et sur le rejet médiatique de l’émission Loft Story. Avant de collaborer au projet ANR Musimorphoses, Il a participé au projet ANR jeunes Chercheurs « Mondialisation, musiques et danse : circulations, mutations, pouvoirs (Musmond), piloté par Sara Le Menestrel). Gabriel Segré a également dirigé de nombreuses enquêtes sous contrat sur les publics d’institutions culturelles parisiennes.

 

hotel-playa-manglares-isla-baru-beach-13 

Juan Paulhiac est Docteur en Esthétique Sciences et Technologies des Arts de l’Université Paris 8. Il poursuit actuellement la suite de sa recherche posdoctorale au sein du projet Musimorphose. Ses travaux portent sur la relation entre technologies numériques et médiations sociales à travers la musique, notamment par l’étude du système de production de musique champeta dans le nord de la Colombie. Il s’agit d’analyser, par une approche d’anthropologie visuelle, les usages vernaculaires des technologies numériques standardisées afin de mieux comprendre la diversité des imaginaires sur la modernité numérique selon des critères géographique, économique et culturel. Juan Paulhiac a dirigé le centre de Recherche et Développement de l’Ecole de Beaux Arts de Cartagena de Indias…

 

10658248484_2f65485586_o

Après avoir été vice-champion de France de Badminton, accessoiriste de Laurent Gerra et Ingénieur du son pour Jean-Louis Aubert, Thibault Christophe s’est dit qu’il était temps de se mettre à étudier. Désormais en thèse, il s’intéresse aux pratiques d’écoute musicale des adolescents à l’heure du numérique. Cela lui permet de connaître par coeur les chansons de Maître Gims, intéressantes à replacer en soirées mondaines.

 

img_0889biss

Né en 1963 à Buenos Aires, de nationalité française et argentine, Esteban Buch est directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, où il dirige le Centre de Recherches sur les Arts et le langage (CRAL, EHESS/CNRS) et la spécialité Musique du Master de l’EHESS. Spécialiste des rapports entre musique et politique au vingtième siècle dans une perspective historique et musicologique, il a consacré des recherches à des figures du canon musical classique et contemporain, telles que Beethoven, Schoenberg et Ginastera. A partir d’une enquête sur les musiques politiques (hymnes nationaux), il travaille sur la musique dans des contextes de violence politique tels que la Première Guerre mondiale, le Troisième Reich, ou les dictatures militaires en Argentine. Il s’intéresse également aux rapports entre musique savante et musique populaire (le tango en particulier), dans le cadre d’une réflexion plus générale sur les théories sociologiques de la culture, au4il prolonge vers une étude du rôle du virage numérique dans les pratiques culturelles contemporaines. Il est l’auteur, notamment, des ouvrages L’affaire Bomarzo – Opéra, perversion et dictature(Editions de l’EHESS, 2011), Le cas Schönberg – Naissance de l’avant-garde musicale(Gallimard, 2006), La Neuvième de Beethoven – Une histoire politique (Gallimard, 1999) etHistoire d’un secret – A propos de la Suite Lyrique d’Alban Berg (Actes Sud, 1994), ainsi que coéditeur des collectifs Du politique en analyse musicale (Vrin, 2013), Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes (Editions de l’EHESS, 2010) et La Grande guerre des musiciens(Symétrie, 2009).

Sur la musicalisation du quotidien en régime numérique