Archives par mot-clé : Apple

iTunes store et la politique des petits nombres

Capture d’écran 2015-03-27 à 16.10.58

Dans notre série « meilleurs blogs consacrés à la musique, à son écoute et à sa consommation », voici Electron Libre – « malheureusement » seulement accessible par abonnement – où officie notamment l’excellent Philippe Astor, probablement le journaliste spécialisé français le plus averti en matière de musique et de numérique et capable d’articuler la dimension économique à la dimension de l’innovation technologique. L’article reproduit ci-dessous en guise d’exemple porte sur les modes de calculs des ventes sur la plateforme iTunes et leur impact sur la visibilité des indépendants face aux majors, dans un univers qui semble encore et toujours structuré comme une oligopole à franges…

Dans un ouvrage qui fait désormais figure de classique (La politique des grands nombres, coll. Textes à l’appui, éd. La Découverte), Alain Desrosières montre comment la statistique ne se réduit pas à une discipline mathématique mais en quoi elle est également une activité administrative qui procède d’une histoire sociale. En d’autres termes, la statistique n’est pas donnée en soi, ne contient pas intrinsèquement ses propres règles, ne tire pas sa raison d’elle-même, mais est bien le produit d’une histoire, de rapports de forces et d’arbitrages que des controverses, par exemple sur la définition d’une moyenne, illustrent fort bien.

Cette politique des grands nombres – autrement dit l’idée selon laquelle les usages des mathématiques ont aussi à voir avec le social et le performent – trouve une illustration dans l’article reproduit ci-dessous : on y voit que selon le type de calcul retenu  sur la plateforme iTunes, les majors se trouvent en position avantageuses, dans un système où la visibilité influe directement sur les ventes. Comme le rappelle un commentaire : « C’est l’effet Top 50. Il suffit de vendre beaucoup de m*** pour que tout le monde (enfin, tous les pigeons) imagine que c’est d’la bonne cam’… Ou l’art de confondre quantité avec qualité. Cela dit, « Indies » est aussi un terme marketing : un autre moyen de vendre. Rien que du business ».

 

Apple corrige les classements de musique d’iTunes

Florian Innocente | 4 mars 2015 | 23:11 |  (http://electronlibre.info/)

Dans la salle des machines de l’iTunes (Music) Store, Apple procède parfois à des changements sur lesquels elle revient par la suite. Billboard explique que les équipes d’iTunes ont satisfait aux demandes exprimées il y a quelques jours par des labels indépendants.

Les singles et albums qui apparaissent dans les différents carrousels sur la page principale d’iTunes étaient sélectionnés un peu moins par les équipes du service qui font un travail éditorial et un peu plus par un algorithme basé sur la vitesse à laquelle un titre se vend. L’effet retors de cette dernière approche est qu’elle pouvait bénéficier surtout aux grandes maisons de disques, reléguant les indépendants à une place bien moins visible, et ce d’autant plus que cette formule actualise le carrousel très vite, toutes les 90 minutes.

Billboard raconte qu’un gros travail de nettoyage a commencé il y a un an dans le catalogue d’iTunes et que ce mécanisme faisait partie des nouveautés mises en place depuis la fin 2014. D’après les retours obtenus par le site spécialisé, Apple a revu à la baisse l’influence de son algorithme. Les indés conservent par ailleurs une place non négligeable dans les différents étages de cette page. Dans la toute première et grosse rangée par exemple, les indés pèsent pour 40% de contenus affichés et 50% dans la rangée des nouvelles sorties, placée juste en dessous.

Autre recul constaté, la manière dont les albums en précommande peuvent affecter les classements. Précédemment, lorsqu’un artiste mettait son prochain opus en précommande, les pré-ventes enregistrées servaient de fusée d’appoint pour faire grimper son album en tête du classement, une fois la disponibilité effective. Apple a changé son fusil d’épaule, maintenant les performances de l’album ne reposent que sur les ventes réalisées au jour de la commercialisation réelle. Une modification qui n’est pas anodine, explique un cadre, car les tops d’iTunes sont autrement plus scrutés par les professionnels que ceux de Spotify ou Google Play Music. Et tout bouleversement a des conséquences auxquelles il faut s’habituer.

S’agissant du nettoyage dans le fond du catalogue, il s’agit par exemple des karaokés, des reprises de titres tombés dans le domaine public (ce peut être un hit historique tel le Love me do des Beatles) ou des ribambelles d’albums d’hommage qui sont passés à la trappe. Des milliers de disques auraient été ainsi retirés pour améliorer la qualité du catalogue et éviter que des clients ne se laissent abuser.

Là aussi, des labels s’en sont émus, certaines disparitions étant inexplicables car le disque conforme à la charte édictée par Apple. Mais les équipes d’iTunes sont à l’écoute et réceptives pour corriger une erreur, tempère un responsable. Une explication à certaines suppressions est avancée : en prévision de l’arrivée de son service de streaming, Apple souhaite écarter des singles ou albums où la répartition des ayants droit est incomplète, en attendant que la situation se régularise.