Archives par mot-clé : Musimorphoses

Everything You Always Wanted to Know About Musimorphoses (But Were Afraid to Ask)

ARTS627486

Everything You Always Wanted to Know About Musimorphoses (But Were Afraid to Ask)

Vous trouverez ici des informations pratiques pour organiser au mieux votre séjour à Paris, à l’occasion du colloque Musimorphoses : adresse du colloque, plan du quartier, stations de métro et transports, contact mail des organisateurs, numéro de téléphone portable (en cas d’urgence), adresse d’un disquaire où trouver les albums vinyls d’Henry Cow en pressage original et tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur  Musimorphoses sans jamais oser le demander !

Here you will find some practical information to organize your stay in Paris during the congress Musimorphoses : address of the meeting, map of the area , metro and transports, mail adress and mobile phone number ( in case of emergency ), address of a store where to find the vinyl albums of Henry Cow in the original pressing and everything you always wanted to know about Musimorphoses (but were afraid to ask).

– Mail adress : musimorphoses@gmail.com

 – Adresse du colloque : Telecom Paris Tech, 46 rue Barrault, Paris (13 ème arrondissement)

– Accès au site : http://www.telecom-paristech.fr/telecom-paristech/adresses-acces-contacts/acces-rue-barrault.html

– Getting to the congress : http://www.telecom-paristech.fr/eng/practical-information/getting-there.html

– Plan du site : https://www.google.com/search?q=google+map+46+rue+Barrault+Paris&ie=utf-8&oe=utf-8

– Rue Barrault on Google Map : https://www.google.com/search?q=google+map+46+rue+Barrault+Paris&ie=utf-8&oe=utf-8

– Quelques hôtels proches de la rue Barrault : http://www.telecom-paristech.fr/telecom-paristech/adresses-acces-contacts/hotels.html

– Some Hotels near rue Barrault : http://www.telecom-paristech.fr/telecom-paristech/adresses-acces-contacts/hotels.html

 

Musimorphoses : Demandez le programme !

534c181b3570d35ee3edf64e

Pour voir  le programme final du colloque Musimorphoses en version PDF (Here’s the link to see the PDF final version of the Musimorphoses program) :

http://www.mediafire.com/view/v7dpxxy82gyaaua/ProgNov2015.pdf

Et voici aussi le lien pour accéder à l’affiche du colloque  / and the link tho the PDF version of the Musimorphoses poster :

http://www.mediafire.com/view/68zea4amzonrx53/AFFICHE.pdf

 

Et voici les normes éditoriales pour l’ouvrage collectif qui sera publié à la suite du colloque (and here’s the publishing standards for the forthcoming book following the congress) :

 Recommandations pour la saisie du texte

La mise en forme du document

Le texte fourni à l’éditeur doit avoir été mis en forme avec des styles, de la façon la plus claire possible. La mise en forme du texte sera reprise par Les Presses. Le fichier doit être le moins enrichi possible (il ne doit pas comporter de figures autres que les tableaux). Il doit comporter:

le texte stylé (les niveaux de titre doivent apparaître clairement et se distinguer du texte courant), à chaque type de texte doit correspondre un style différent ;
les indications sur les emplacements de figures et images le cas échéant (matérialiser cela par une police surlignée).

Les Presses peuvent fournir aux auteurs une feuille de style à utiliser pour la mise en forme des documents.

Par ailleurs, les titres trop longs (sur plusieurs lignes) sont à éviter. L’ensemble du texte doit être organisé avec des titres et intertitres, sans dépasser quatre niveaux de hiérarchisation (Titre du chapitre, Titre 1, Titre 2, Titre 3).
La numérotation des titres du type Titre 1; Titre 1.1; Titre 1.1.1; Titre 1.1.1.1 est à proscrire.

Il ne faut pas utiliser de signes de ponctuation à la fin d’un titre (exception faite du point d’interrogation).
L’auteur doit veiller à accentuer les majuscules (dans Word, cocher la case « majuscules accentuées en français »). L’emploi des majuscules se limite aus débuts de phrases ainsi qu’aux initiales des noms propres.

Les titres d’ouvrages, de journaux, d’oeuvres d’art, les expressions latines (op. cit, ibid. a priori, a posteriori), ainsi que les mots étrangers doivent être écris en italiques.

L’utilisation de notes de bas de page

Les notes de bas de page doivent être insérées de manière automatique (dans Word: «insertion» puis «notes de bas de page») de façon à ce que leur numérotation soit également automatique. Les notes doivent être courtes et peu nombreuses.
Les appels de notes dans les tableaux et légendes de figures sont à proscrire. Dans le corps du texte, les appels de notes se placent avant la ponctuation (cf à ce sujet le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale).

Les citations

Les citations doivent être rapidement identifiables dans le manuscrit fourni. Les coupures, raccords ou commentaires personnels doivent être placés entre crochets (par exemple, pour signaler une coupure, utiliser : […]).
Les citations courtes (de moins de 4 lignes) doivent être composées en caractères romains (excepté pour les citations étrangères, qui sont à composer en italiques), entre guillemets (« à la française », comme ici) et dans le corps du texte.

Les citations longues (plus de quatre lignes) doivent être composées en caractères romains et extraites du texte (utiliser un style avec une police différente).

Les illustrations

Il est recommandé de limiter au maximum le recours à des illustrations en couleurs. Sauf cas particulier, les illustrations seront imprimées en noir et blanc (l’auteur peut utiliser des niveaux de gris pour différencier les informations dans une même illustration). Les illustrations apparaîtront toutefois en couleurs dans les versions numériques.

L’auteur peut accompagner son texte d’illustrations, de tableaux, d’encadrés ou de graphiques dont les sources citées auront été vérifiées et dont les droits de reproduction auront été réglés. Pour les cartes, schémas et graphiques, dans l’idéal, veuillez nous fournir des fichiers vectoriels (des versions .eps ou .ai) où le texte aura été vectorisé. Utilisez différents niveaux de gris ou symboles.

Les images devront être de bonne qualité. Elles seront fournies à part du manuscrit, dans un fichier compressé, sous forme numérique (format TIFF, PDF ou JPEG, résolution minimum de 300 dpi, en noir et blanc ou en couleurs).
La qualité d’impression sera très altérée dans le cas où vous fournissez les types de fichiers suivants :

des documents basse résolution de 72 dpi (les images provenant d’internet, par exemple). Il est inutile de les passer à 300 dpi (la qualité ne pourra pas être améliorée), comme il est inutile d’agrandir les images de très petite taille.
des versions « image » des graphiques fabriqués dans Word ou Excel. Nous fournir des fichiers dont le texte est éditable ou des tableaux de données (ou des versions .eps ou .pdf). Les illustrations seront accompagnées de leur légende et seront numérotées. Les renvois aux illustrations dans le texte seront indiqués entre crochets ou entre parenthèses : « [Fig. xx] » ou « (Fig. xx) ».

Nous signaler la présence d’annexes particulières.

Les index

Le balisage des mots à indexer peut être fait sous word par l’auteur ou par les Presses lors de la mise en pages. Dans ce dernier cas l’auteur doit fournit la liste complète des entrées (cette solution nécessitera une vérification approfondie de l’index généré).

La bibliographie

La bibliographie doit être homogène. Les conventions de chaque domaine scientifique doivent être respectées (les Presses des Mines n’imposent pas de normes particulières mais l’ensemble doit former une bibliographie cohérente et homogène où les mêmes règles sont respectées). Pour des ouvrages collectifs il appartient au directeur scientifique de s’assurer de cette homogénéité et de choisir les règles communes aux différents articles.

Voici quelques exemples :

Michalon, Jérôme, Panser avec les animaux, Paris, Presses des Mines, 2014, p. 110- 136.

Pour les références bibliographiques citées dans les notes :

Ouvrages :
– première citation : Michalon, Jérôme, Panser avec les animaux, Paris, Presses des Mines, 2014, p. 110-136.
– seconde citation : J. Michalon, op. cit., p. 236.
Articles :
– première citation : Jérôme Michalon, « Le cheval », Revue des animaux, 2014, n° 10, p. 24-35.
– seconde citation : J. Michalon, op. cit., p. 110.

Autorisations et droits de reproduction

Il appartient aux auteurs d’obtenir les autorisations nécessaires pour la reproduction des documents auprès des institutions concernées ainsi que de régler d’éventuels droits de reproduction pour une diffusion papier et numérique.
Pour augmenter les chances d’exonération, il sera utile d’indiquer dans les courriers qu’il s’agit d’une édition à caractère scientifique, que les illustrations seront reproduites en noir et blanc, et que l’édition sera de x exemplaires en une seule langue.

Un double des autorisations de reproduction et un justificatif de l’acquittement des droits doivent être joints à l’envoi du manuscrit.

Règles typographiques de base

Les règles typographiques sont des conventions propres à chaque langue. Il est demandé de respecter les règles propres à chaque discipline et surtout d’avoir un texte homogène. Voici les principales normes adoptées par Les Presses des Mines.

Apostrophe et guillemets

• L’apostrophe et les guillemets droits (‘ et « ) sont à proscrire.
utiliser la forme française («) et (») (dans Word, aller dans « Outils » puis, « Correction automatique lors de la frappe ») ;
ou la forme anglaise (“) et (”) (dans Word, aller dans « Insérer caractères spéciaux » ou voir les raccourcis). Par exemple, l’ »homme » n’est pas correct, l’« homme » et l’“homme” sont deux formes correctes (utiliser les guillemets français dans un texte en français et les guillemets anglais dans un texte en anglais).

Les espaces

• Entre les mots, une espace (féminin).
• Pour les signes de ponctuation :
– ponctuation haute (? ! / ; 🙂 : une espace insécable avant, une espace après ;
– ponctuation basse (, . …) : rien avant, une espace après ;
– exception : expression math. et logique, avec le slash (/), les guillemets, l’apostrophe et les Apostrophe et guillemets.

Les tirets

• Les tirets courts sont des traits d’union ou de césure, le long (cadratin) est un tiret de dialogue et le moyen (demi-cadratin) est un tiret d’incise
– trait d’union : – (« – » du clavier numérique) ;
– tiret 1⁄2 cadratin : – (Ctrl + -, avec le « – » du clavier numérique) ;

– tiret cadratin : — (Ctrl + Alt + -, avec le « – » du clavier numérique).

Les abréviations courantes

mot coupé sur sa fin avec un point : référence = réf.

  • –  abréviation se finissant par la dernière lettre du mot pas de point : boulevard = bd
  • –  abréviation d’un groupe de mots sans point : s’il vous plaît = svp ou SVP

    Les siècles et les « ièmes »

    XVe siècle et non 15ème, 15e, 15è siècle ; 1er, 1ers, 1re, 1res, 2e, 2es…

    Abréviations diverses (quelques exemples)

    c’est-à-dire par c-à-d
    et caetera par etc. (et non etc…)
    hors taxes par ht (et non HT qui veut dire haute tension)
    Madame par Mme (au pluriel : Mmes) ;
    Mademoiselle par Mlle (au pluriel : Mlles) ;
    Monsieur par M. (au pluriel : MM.) et non Mr. qui veut dire Mister ; nota bene par NB ;
    page par p.

    L’emploi des capitales et des bas de casse

    On ne compose en capitale que :
    – la première lettre d’une phrase ;
    – les noms propres (et l’article du patronyme : La Fontaine) ;
    – les noms de peuples, habitants : les Lillois, les Anglais (pas les langues : anglais) ; – les noms historiques Renaissance, Moyen Âge ;
    – les noms de voies, rues, lieux-dits, monuments… rue Grande, Quatre Chemins…
    – Les capitales sont utilisables pour des titres, mais il faut qu’elles soient accentuées.

Organismes d’Etat

• Les organismes multiples :
Ces organismes existant en un certain nombre, ils sont donc des noms communs : l’académie de Lille, le conseil général du Nord, etc.
• Les organismes uniques :
Ces organismes d’Etat (dont la compétence s’étend sur l’ensemble du territoire) sont uniques. Seul le premier mot nécessaire à leur identification porte une capitale, les autres restent en minuscules : les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, la Communauté économique européenne CEE…

Les saints

On les fait commencer par une capitale lorsque le mot désigne une institution (fête, ville, rue, église, ordre): Saint-Éxupéry, Saint-Michel (la place), la fête de Saint-Éloi…
On les fait commencer par une minuscule s’il s’agit d’un personnage biblique : saint Nicolas, saint Jérôme (sauf Sainte Vierge avec majuscules).

Les titres

Les titres ou charges sont des noms communs, donc pas de majuscule : (par exemple, « maire de Lille », « présidente de l’université de Lille 3 », etc.).

Les sigles

On ne met plus de point et d’espace après chaque lettre, R. A. T. P. devient ainsi RATP.
De plus, quand le sigle se prononce comme un nom propre, on l’écrit avec une seule capitale : Assedic, Euratom, Onu, Unesco (+ exception : Sncf ).

 

 

 

 

 

Keynote speakers : a dream team !

01.BIO-Harlem-Globetrotters

L’équipe Musimorphoses est honorée et très heureuse d’accueillir six conférenciers pléniers de renommé internationale : Abdoulaye Niang, Michael Bull, Arnt Maaso, François Pachet et Fabien Gouyon…

 

 

francois-pachet

François Pachet  est directeur du Sony Computer Science Laboratory et il dirige notamment un programme ERC qui porte sur l’apport des machines à la créativité musicale. Il est donc particulièrement bien placé pour évoquer les questions d’innovation dans le champ musical. Sa conférence s’intitulera « Style and musical creativity with flow machines ».

 

me

Fabien Gouyon est chercheur à Pandora <http://www.pandora.com>, où il travaille avec une équipe de chercheurs, ingénieurs, musicologues et programmateurs radio à créer la meilleure experience de radio personnalisée sur internet. Auteur de nombreux articles sur les sujets de recommandation musicale, et perception rhythmique computationnelle, Fabien est également président de l¹International Society for Music Information Retrieval <http://www.ismir.net/>. Nous accueillerons donc un expert de tout premier plan sur ce qui constitue sans doute aujourd¹hui le sujet fondamental pour l¹industrie de la musique, les plateformes de streaming et les auditeurs, à savoir les algorithmes de la recommandation.

 

niang-abdoulaye-612x318

Abdoulaye Niang est enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, à l’UFR des Civilisations, Religions, Arts et Communication. Il y dirige le département des Métiers des Arts et de la Culture. Il s’intéresse notamment aux cultures urbaines, aux usages sociaux des TIC, aux théories et méthodes en sciences sociales. Abdoulaye est rédacteur en chef de la Revue Sénégalaise de Sociologie.

 

arnte©ramgupta-2592px

Arnt Maasø est professeur de Media Studies au Department of Media and Communication de l’Université d’Oslo. Il dirige un programme de recherches sur le streaming dans le cadre du  Clouds & Concerts research project en partenariat avec WiMP Music et Telenor. Ses centres d’intérêts concernent le son dans les médias, les médias sociaux, la technologie, l’innovation et les médias, les théories de la communication.

 

119032

Michael Bull est professeur de Sound Studies à l’université du Sussex et co-directeur du Centre for Material Digital Culture. Il a publié plusieurs ouvrages de référence sur les technologies de l’écoute, l’espace urbain et la mobilité. Ses travaux portent sur les liens entre musique et médias, la place des technologies dans la quotidienneté, les médias et les relations de pouvoir.